Les générations suivantes de créateurs de vêtements de Luxe

300px-luxe-robe-haute-couture-confection-allain

En 1914, les soeurs Callots, Paul Poiret, Jacques Worth, Jeanne Paquin, Madeleine Chéruit, Paul Rodier et le soyeux Bianchini-Férier forment le Syndicat de défense de la grande couture française, dont Paul Poiret prend la présidence, suivi par Georges Dœuillet, avec pour objectif de défendre leurs modèles contre les copies non autorisées. Dans une « profession de foi » adressée au New York Times en 1915, Poiret fustige en particulier les méthodes des « acheteurs américains ».

 

 

 

Les générations suivantes de la haute couture française

300px-defile-haute-couture-allain-confectionincluent Jean Patou, Madeleine Vionnet, Lanvin, Chanel, Schiaparelli, Balenciaga et Dior.


Au milieu des années 1960, un groupe de jeunes stylistes apparus dans le sillage de Christian Dior créèrent leurs propres maisons. Les plus célèbres sont Yves Saint Laurent, Pierre Cardin, André Courrèges et Emanuel Ungaro. Plus tard au XXe siècle apparurent notamment Christian Lacroix, Jean Paul Gaultier et Thierry Mugler.

 

Aujourd'hui, la haute couture n'est plus l'activité essentielle, en termes économiques, pour la dizaine de grandes maisons parisiennes qui la pratiquent encore. D'abord parce qu'elle n'est pas rentable : les exigences de ce métier (travail long, réalisé à la main dans des ateliers français, etc) ont pour conséquence des prix inabordables au commun des mortels. Certaines robes se négocient plus de 100000 euros.

Cette activité permet de faire subsister nombre de fournisseurs, dont l'entreprise est généralement artisanale et ancienne, à l'instar du brodeur Lesage ou du plumassier Lemarié. Élisabeth Ponsolle des Portes du Comité Colbert souligne par qu'ailleurs qu'« il me paraitrait normal que la haute couture soit considérée pour ce qu'elle est : un patrimoine français détenu par des artisans d'excellence ».

170px-femmeMais si elle n'est pas rentable, la haute couture sert de vitrine pour diffuser l'image de marque des maisons, ce qui leur permet de commercialiser du prêt-à-porter vers une clientèle plus large ainsi que, de plus en plus, des accessoires et des parfums, deux activités extrêmement rentables. Certaines maisons sont connues pour avoir poussé à l'extrême cette logique de la licence et du merchandising, comme Pierre Cardin, dont le prestige dégringola rapidement, le surnombre et la mauvaise qualité des produits portant sa griffe dévalorisant peu à peu le prestige de sa marque.

Enfin, depuis les années 1960, la scène de la mode s'est internationalisée, et les clientes ont pris l'habitude de prêter attention également aux créateurs de New York ou de Milan, Paris conservant cependant son rôle de capitale de la mode.

 

Nouvelles générations de la haute couture internationales

300px-final-defile-anthony-vaccarello-haute-couture-confection-allain

Suivent d'autres générations de la haute couture internationales incluant Giorgio Armini, Louis Vuitton, Hermès, Prada, Maison IRFE, Georfes Hobeika , Anthony Vaccarello, et ... Fabien Desportes.

Dernères news : le télégramme de la mode

 

Source atelier de couture (cf article complet) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Haute_couture

Informations supplémentaires